30/06/2009

Centre Historique Minier - Lewarde - 27 juin 2009

Suite à un concours auquel je m'inscris : maregion.web...  pas le pays de Charleroi... non MA région d'adoption, qui sera un jour ma région, tout simplement.

Je ne suis pas primé mais l'organisation invite tous les participants à la remise des prix, suivie d'un apéritif dînatoire (terme à la mode), et de la visite du Centre Historique Minier de Lewarde.  Comme prix de consolation, il y a bien pire, nous avons apprécié cette journée à sa juste valeur.  Tous nos remerciements à l'équipe organisatrice du concours pour la qualité de leur accueil.

lewarde_centre_minier_historique

C'est une des dernière fosses qui ait fonctionné (jusqu'en 1971).  C'est donc en toute logique qu'en 1973 elle fut choisie pour accueillir la mémoire de l'activité minière du Nord.  Les autres fosses étaient devenues vétustes et dangereuses.

La visite guidée commence par la "Salle des pendus".

lewarde_centre_minier_historique

les non-initiés trouveront ce nom étrange, voir lugubre.  Pourquoi "Salle des pendus" ?  La photo parle d'elle même.  On comprendra que les mineurs préféraient appeler ce lieu "salle de bains".

lewarde_centre_minier_historique

Dans la même salle, les douches sont allignées, inutiles depuis des décénies.

lewarde_centre_minier_historique

Une telle configuration s'explique par des raisons pratiques :

  • Un vestiaire tous les 20 cm, plus efficace que des casiers.
  • les vêtement de travail sont souvent humides, en les plaçant en hauteur, ils sèchent, d'autant que des souffleries d'air chaud activent le sèchage.
  • Le nettoyage de la salle est facilité, lors de la remontée d'une équipe, la poussière de charbon envahi tout.
  • La manipulation des vêtement propres et salles peut se faire sans contact.

lewarde_centre_minier_historique

Le principe est ingénieux : les cordes, bien qu'espacées de 20 cm entre elles, guident les vêtement vers des emplacement échelonnés en profondeur afin que ceux-ci ne soient pas en contacts entre eux.


Nous nous rendons ensuite vers la "Lampisterie"... où l'histoire de l'éclairage minier nous est conté.

lewarde_centre_minier_historique

Dans cette salle, les modèles au pétrole cottoient les modèles électriques.

lewarde_centre_minier_historique

lewarde_centre_minier_historique

lewarde_centre_minier_historique

Une vue d'ensemble du site en attendant le petit train...

lewarde_centre_minier_historique

... le tout... petit train !

... au tableau de bord simpliste !

lewarde_centre_minier_historique

"Pou disquinte à'l'fosse, y fau met'eut'casque"  (ch'ti approximatif).

lewarde_centre_minier_historique

lewarde_centre_minier_historique

... même si t'a eun grosse tiète...

lewarde_centre_minier_historique

Cà et là, des vestiges de l'exploitation, comme cette molette...

lewarde_centre_minier_historique

Impressionantes ces "cages" dans lesquelles s'entassaient les "gueules noires"...

lewarde_centre_minier_historique

Ici, les berlines sortent des cages et viennent se déverser sur les tapis où les femmes trient les gailles...  En france, on parle de trieuses, chez nous, en Belgique, ce sont des hiercheuses.

lewarde_centre_minier_historique

Travail pénible que celui-là : poussières et bruits continus sont le lot de ces femmes pour qui la seule protection était le fichu dans les cheveux.

lewarde_centre_minier_historique

La partie la plus intéressante de la visite va suivre...  descente au coeur des galeries, à 480 mètres de profondeur.

lewarde_centre_minier_historique

A partir de ce moment, c'est Ch'tiot Edmond qui devient notre guide... haut en couleurs... locales, il n'hésite pas à parler son patois, il déborde d'anecdotes vécues... un vrai voyage au sein de la rude vie des mineurs.

 

lewarde_centre_minier_historique

Impressionnant de se savoir sous 480 m de terre et de roche...

lewarde_centre_minier_historique

Le travail du mineur est explicité, ici la "méthode manuelle" (au pic et à la main).  Le mineur est vêtu de lin?

lewarde_centre_minier_historique

Le "boisage" a toujours posé problème entre les mineurs de fonds et les contremaîtres...  Improductif pour les uns (ils sont payés à la quantité extraite), indispensable pour les autres (les accidents nuisent à la réputation et au rendement de l'exploitation), les uns tenteront de le bacler, au péril de leur vie, les autres infligeront des amandes aux récalcitrants.

lewarde_centre_minier_historique

La vie des cheveaux dans la mine était, elle aussi, peu enviable.  Descendus la nuit, pour ne pas freiner l'exploitation, pendus dans une position inconfortable, ils passeront toute leur vie au fond, sans revoir la lumière du jour.

lewarde_centre_minier_historique

Le trait ardenais était le plus souvent utilisé à la fois pour sa robustesse mais aussi pour sa petite taille, apte à travailler dans des conditions plus confinées.

lewarde_centre_minier_historique

Chtiot Edmond s'amuse bien avec nous...

lewarde_centre_minier_historique

Et pendant notre visite, imperturbable, les mineurs vaquents à l'eurs occupations...

lewarde_centre_minier_historique

Lors de mon prochain post, je vous présenterai l'espace muséal du site de Lewarde.

%%%

Commentaires

passée... de l'ombre à la mumière avec ce post puis en enchaînant sur les précédents, mer belle, ciel bleu. le nettoyage, on le fait aussi dans notre rivière qui est la plus propore de France. c'est dingue ce que les gans peuvent être crade! enfin, bon! là c'est parti, net et propre pour l'été!
bises Jean Paul, passe une belle journée!

Écrit par : mimi | 30/06/2009

Répondre à ce commentaire

superbe vestige d'un passé qui n'a pas était drôle !
combien de personnes ont perdus leur vie pour gagner si peu?
Ah ne jamais oublier

Écrit par : Anne | 02/07/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.