22/11/2009

Saint-valery-sur-Somme - Musée Picarvie - septembre 2008

Véritable retour dans le passé, le musée "Picarvie" reconstitue en quelque scènes, le passé et l'histoire des activités villageoises.  Le commentaire des guides est savoureux et intéressant.

_new

 

_new

L'école, même le bonnet de "baudet" serait authentique !

_new

 

 

La forge.

_new

 

L'atelier du charron.

_new

  Celui du tonnelier.

_new

Le bourrelier.

_new

**

Incontournable dans la région picarde, qui va du Tournaisis à la Somme, l'estaminet.  Celui-ci porte un nom original.  Le trouveras-tu ?   En haut de la photo...

_new

 

 

0-20-100-0 = "Au vin sans eau"... avis aux amateurs.

_new

 

 

 

Tiens !  Un facteur, dans un estaminet... ça ne te rapelle rien ?

_new

 

Voici trois pesonnages (masculins) typiques de l'histoire picarde.  Le musicien, au fond, racontait des histoires, il était conteur.  Devant lui, ces deux gaillards fringants sont l'un chasseur, l'autre pêcheur.  Dans le coin, on dit : "In conteu, in casseu et in pêkeu, cha fait trois minteux !". (orthographe incertaine)

 

_new

 

 

 

 

 

Ici, c'est le travail du lin qui est évoqué.  Cette machine servait à casser la paille de lin pour faire tomber l'enveloppe et ne conserver que la fibre.  Il faut voir cette région, ainsi que le pays de Caux, en Normandie, au mois de juin, quand le lin est en fleurs, ces champs habillés de bleu clair, que les vents agittent.  Il sont semblables à la mer.

Voici une photo de nos vacances 2006. NB : pour obtenir cette photo, il faut se lever tôt car les pétales du lin tombrent aux premiers rayons de soleil.

_new

 

 

 

 

Voici l'atelier de filature et de tissage.

_new

 

 

Celui de la couturière.

_new

 

 

Petite anecdote contée par notre guide : quelle est l'histoire de ce pompon rouge qui orne le béret des matelots français ?

L'Impératrice Eugènie était en visite, le 9 Août 1858, sur un navire au port de Brest. Un Matelot, très grand sans doute, en se mettant au garde à vous à son passage se heurta violemment le sommet du crâne au plafond de la coursive. Il saignait et l'Impératrice lui offrit son mouchoir en guise de pansement. Ce mouchoir taché de sang , placé sur sa tête, devint alors, en souvenir de son geste, le pompon rouge du béret de Marin. Il est sensé amortir les chocs à la tête des marins qui se déplacent dans les navires car les plafonds sont très bas.  Grande, petite histoire ou légende, les avis sont partagés.

_new

 

 

 

Quelques ustensiles de la ferme.

_new

 

Et après ces dures journées de labeur, qui leur reprocherait leur soirée au coin du feu ?  Pas de Star Ac', de Docteur House ou d'experts à Miami, Manhattan ou Saint-Valery... non, le journal pour Monsieur et du ravaudage pour Madame.

Commentaires

C'est chouette ça.. C'est vraiment un bel endroit, on s'imagine bien comment était la vie à cet époque...
Je ne regrette pas d'avoir suivi le lien de Bilou...
Bonne journée et à bientôt si tu le veux bien..

Écrit par : Chadou | 27/11/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Jean-Paul en tout cas je ne fais que passer car ménage oblige
mais je repasserai
trop superbe ton p'tit bonheur et les alentours
bisous Jean-Paul
ah ouf le lien fonctionne

Écrit par : Anne | 27/11/2009

Répondre à ce commentaire

et bien c'est magnifique !
promis nous le découvrirons un jour ça c'est certain !

Écrit par : Anne | 30/11/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.