17/03/2016

Le vert de mai sur la plage de Saint Gabriel - Mai 2014

On l'appelle souvent, à tort, écume... le vert de mai est un phénomène annuel touchant particulièrement la Belgique et le Pas-de-Calais.

S6305964.JPG

Il s'agit en fait d'une algue nanoplanctonique appelée phaeocystis. Elle vit en solitaire et, pour une raison assez complexe, se regroupe en colonie subitement au printemps.

S6305965.JPG

Il est assez faible en cette journée calme.   Par mer et vent forts, il s'accumule et la couche peut dépasser 2 mètres et être poussée à l'intérieur des terres par la vent.

Ci-dessous, une photo du site http://cfb.unh.edu :

Sa prolifération s'explique notamment par un excès de nutriment provenant du délavage des terres par la fonte des neiges et les pluies de printemps charriés par les nombreux fleuves côtiers.

S6305966.JPG

Il disparait aussi vite qu'il est apparu, sans doute par la raréfaction des nutriments.

S6305967.JPG

C'est un spectacle amusant de voir cette mousse se placer sur le sable où il reste une pellicule d'eau.   Lorsque la mousse s'accumule en amas sur la laisse de mer, sa putréfaction peut être nauséabonde ce qui fait penses à certains qu'il s'agit de pollution.

S6305968.JPG

Les pêcheurs sont habitués à ce phénomène saisonnier plus désagréable que nuisible...  en effet, leurs filet sont relevés gluants pendant cette période.  En france il l'appellent "crasse" ou "gluant" ou "limon".   Les termes anglais sont aussi évocateurs "tobacco juice"  ou de "baccy juice" (jus de tabac) ou de "fisherman's signs" (signes du pêcheur) ou encore de "foul water" (eau usée) ou de "stinking water" (eau puante).

S6305969.JPG

Même si le phénomène est plus important de nos jours, il y a eu par le passé des "bloom's" importants notamment en 1923 dans l'estuaire de la Tamise.

S6305970.JPG

+++

Les commentaires sont fermés.