11/11/2016

Église Saint-Quentin, monument au morts et mairie de Wirwignes

Blason de Wirwignes

de sable au lion d’argent, armé et lampassé de gueules, à la bordure cousue du même.

La première église date sans doute du 12ème siècle.

Jusqu'en 1876, elle consistait en une "basse église" constituée seulement d'une nef.

S6306101.JPG

Il est possible que la base du clocher remonte à cette époque.

Entre les 15ème et 16émé siècle, un choeur y fut ajouté et, au 17ème, le clocher est aménagé.

S6306102.JPG

Après quelque restaurations au 19ème siècle, l'abbé Paul Amédée Lecoutre, de retour d'un voyage en Terre Sainte, en Égypte et en Italie entreprend, en 1867, la décoration intérieure en s'inspirant de ses voyages et fait réaliser des modification architecturales.

Il passa 43 années de sa vie à son oeuvre.  A la manière du Facteur Cheval, il va décorer son église avec du marbre, de la pierre du Boulonnais dans un style oriental.  C'est en achevant de peindre la voûte céleste au plafond qu'il tomba de l'échafaudage et décéda en 1906 à l'âge de 76 ans.

S6306103.JPG

Derrière l'église, on peut voir un calvaire dédié aux anciens combattants du 1914-1918 et et aux victimes et déportés civils du village de la Seconde Guerre Mondiale.

S6306104.JPG

Cette superbe représentation d'un poilu blessé est l'oeuvre de Jules Déchin en 1922.

S6306105.JPG

Une dernière photo pour vous montrer la pimpante mairie du village.

+++

07/11/2016

Les jardins du Manoir d'Hénocq

Blason de Bréxent-Énocq

Les armes de Bréxent-Énocq blasonnent ainsi : parti : au 1) de gueules à l’aigle d’argent, au 2) d’or à la croix ancrée de gueules.

 

Au XIIème siècle, un seigneur vivait dans un donjon surmontant une motte féodale.

Plus tard, un château fut construit à cet endroit, il a totalement disparu.

En 1550, le Seigneur de l'époque, Charles de Hodicq, fit édifier un manoir sur la basse-cour de l'ancien château.

S6306092.JPG

Depuis 1998, Marie Françoise et Jean Deblocq s'y sont installé.  

L'idée d'y créer un jardin médiéval leur vient en 2001.

S6306087.JPG

En 2003, "Les vielles maisons françaises" ont récompensé cette création d'un prix départemental et d'un prix national.  L'association invite les propriétaires à ouvrir leur jardin au public.

 

L'accueil est assuré par les propriétaires, à la fois jardiniers, paysagistes... et restaurateurs du manoir l'hiver.  Nous avons pu, en compagnie de Monsieur Deblock, avoir un aperçu du travail réalisé dans la cour du manoir, appelé aussi Ferme Seigneuriale d'Enocq.

Lors de leur achat, les traces de l'activité agricole défiguraient l'ensemble architectural et paysager.  Il a fallu démonter et évacuer des hangars en tôle, retirer des tonnes de terres, de déblais en tous genres.  Le résultat est à la hauteur des efforts consentis.

Je n'ai pas pris de photo de cette cour étant donné qu'elle se situe dans la partie privée du manoir.

S6306088.JPG

Le jardin est très soigné et très documenté, avec en plus les explications du maître des lieux.

 Il se compose de différentes parties que je vais essayer de redécouvrir avec vous.

L'hortus potager : 4 carrés surélevés entouré de plessis de châtaigner.

S6306093.JPG

S6306097.JPG

 Le jardin d'Hildegarde : plantes médicinales.

S6306099.JPG

Jardin courtois et hortus conclusus.

S6306094.JPG

S6306095.JPG

Les jardins des légumes anciens et céréales anciennes.

S6306089.JPG

Carrés de plantes textiles et tinctoriales.

S6306091.JPG

S6306090.JPG

S6306098.JPG

S6306100.JPG

Sources et inspiration : http://jardinsdhenocq.over-blog.com/

+++

 

06/10/2016

L'église Saint Médard à Tournehem-sur-la-Hem

De gueules à la porte de ville à galerie crénelée [et donjonnée] d'argent, ouverte et ajourée du champ.

 

 

Cette église, comme le village de Tournehem-sur-la-Hem, a une histoire tourmentée.

Chanceuse au début, grâce aux largesses de d'Antoine de Bourgogne, dit "le Grand Bâtard", les guerres du XVème siècle et le saccage des troupes de Turenne en 1667 l'ont laissée en ruines.

S6306078.JPG

Elle a été rebâtie en respect du style gothique aux XVII et XVIIIème siècle.

S6306077.JPG

Les stalles dans le chœur proviennent de l'abbaye Saint Colombe à Blendecques.

S6306076.JPG

Le grand retable de l'Ascension est d'origine. Il a été exécuté en 1722 par Antoine Joseph Piette de Saint Omer. (la photo est floue, hélas).

S6306073.JPG

Les parois latérales des orgues mentionnent l'année 1755.  Elles proviennes du prieuré de Saint-André-les-Aire.  Elle a été installée dans l'église en 1792.

S6306074.JPG

La chaire est l'oeuvre de J.A. Vanderssel. Elle est datée de 1730 et ornée des figures des évangélistes et du Christ. Ce dernier est encadré d'Anges sonnant de la trompette.

S6306075.JPG

+++

04/05/2016

La Chapelle Saint-Louis à Guémy

Située au sommet du mont Saint-Louis, qui culmine à 112 m d'altitude, elle a été bâtie à la fin du XVème siècle sur ordre du grand Bâtard de Bourgogne dans le style gothique Flamboyant.

S6306066.JPG

Elle a été longtemps en ruines mais fut restaurée en 1930.  Elle est classée au titre des monuments naturels depuis 1913.

Par temps clair, on peut voir jusqu'à Dunkerque et même les falaises anglaises situées à 70 km.

+++

04/04/2016

Fruges : le musée Nestor Delétoille.

Hôtel particulier du sénateur Louis Boudenoot (1855-1922). Cette demeure abrite maintenant les collections de l'abbé Nestor Delétoille, prêtre collectionneur et historien.

Dans ce musée se trouvent plus de 600 merveilles des XVIIIème, XIXème, et XXème siècle : des faïences de 30 origines différentes, des étains (plats, assiettes, bougeoirs), des cuivres utilitaires et décoratifs, des armes (fusils, pistolets, poignards), des pipes, des chaussures, des outils qui rappellent l'artisanat local. Plus de 200 cartes postales et documents présentent la ville au début de ce siècle.

Fruges.JPG

+++