04/12/2015

Centenaire de l'échouement de SOCOTRA au Touquet.

Le mercredi 25 novembre, le Ville du Touquet a organisé des activités dans le cadre du centenaire de l'échouement du cargo Socotra.

socotra2511.jpg

Nous avions pu voir cette épave lors des grandes marées de mars dernier (22 mars à 8h30).   Nous vous proposons de voir ici l'ensemble des photos de ces deux journées.  Ci dessous, Bertrand Dupont nous explique sa redécouverte du Socotra.

S6307027.JPG

S6306616.JPG

S6307037.JPG

Dans la nuit du 25 au 26 novembre 1915, le cargo s'échoue sur la plage sud du Touquet.

S6306587.JPG

On a longtemps cru que le commandant du navire longeait la côte pour éviter les sous-marins et les mines.  La diminution de l'éclat des feux des phares en raison de la guerre fut également évoquée.

S6306588.JPG

Lors de sa conférence de ce 25 novembre, Alain Holuigue, secrétaire de la Société Académique du Touquet, a, documents à l'appui (livre de bord, minutes du procès en Angleterre, ...), démontré que ce sont les approximations dans les calculs de position successifs et les sondages du fond marin par le commandant, malgré les objections d'un de ses jeunes seconds qui a conduit à la catastrophe.

S6306589.JPG

Un grand nombre d'amateurs étaient présents en mars, malgré l'heure matinale et un temps froid.

 

Le cargo revenait de Sidney avec une cargaison de balles de laine, de minerai de plomb, maïs, blé, cuir, essence d'eucalyptus, peaux de lapin, des lingots d'étain et de cuivre...  ce que l'on appelle un "vraquier".

S6306590.JPG

Lors d'une escale en Algérie, semble-t-il, il a chargé des barriques de vin d'Afrique du Nord.  Celles-ci avaient été arrimées sur le pont.

S6306591.JPG

Au centre de la photo, avec un couvre-chef, Bertrand Dupont, le "Papa" du Socotra.

Quelques minutes après minuit, après des confusions entre des feux par le commandant, le bateau s'échoue parallèlement à la côte.

soco1.jpg

S6306592.JPG

De nombreuses algues, moules, se sont accumulées sur les parties de l'épave. 

Le 27, des remorqueurs venus de Boulogne-sur-Mer ont tenté de renflouer le bateau pour le sauver, mais celui-ci étant dans l'axe de la plage, il n'ont pu le tirer dans son axe et leurs efforts ont "fatigué" les structures du Socotra en son milieu.

S6306593.JPG

Quelques jours plus tard, lors d'une tempête, le bateau se brise en deux.

soco2.jpg

Il n'est donc plus d'actualité de sauver le bâtiment, seule sa cargaison peut maintenant être récupérée en partie.

S6306594.JPG

Les gros plans offrent des images originales.

Une partie de la cargaison dérive dans la Manche et la Municipalité doit publier un arrêté rappelant qu'il est interdit de ramasser les épaves sous peine de poursuites.

S6306595.JPG

Il n'empêche que d'aucuns ne tiendrons pas compte de cet arrêté... Notamment, lors de la marée montant, les barriques de vin remontant la Canche firent le bonheur des territoriaux Français qui gardaient la voie ferrée et les prisonniers allemands.  De nombreux matelots profitèrent de cette aubaine (livre "Marin pêcheur au temps des voiliers" par Jules Leprêtre).  On raconte que des margats (gamins) étaplois se sont également saoulé avec une de ces barriques.

S6306596.JPG

Néanmoins, une bonne part de la cargaison pourra être sauvée, mais les peaux de lapin, sous l'effet de l'humidité commencent à sentir la charogne.  Le Socotra est alors laissé en l'état... au gré des marées.

soco 3.jpg

Peu à peu, l'avant s'écarta de l'arrière, pour ce trouver ce jour à plusieurs dizaines de mètres l'un de l'autre.

S6307035.JPG

L'avant du Socotra, à peine visible.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les artilleurs allemands se servirent de l'épave comme cible de tir, ce qui arasa en partie la carcasse.

S6306597.JPG

A partir des années 1960-1965, plusieurs sociétés de ferraillage furent sollicitées pour araser l'épave.  La difficulté du travail (peu de temps par basse mer), et la faible valeur des matériaux récupérés mirent ces sociétés en grande difficulté, les conduisant même à la faillite.

S6306598.JPG

De nos jours, Bertrand Dupont, "redécouvreur" et passionné du Socotra (je dis son Papa), propose ses nombreuses photos et est intarissable au sujet de l'épave.

S6306601.JPG

Le voici au côté de Soco, la mascotte du Socotra, un petit bonhomme qui, au gré des marées, semble changer d'activité.

S6306602.JPG

 

S6306606.JPG

Ici, Soco donne soit l'impression de haler un boute, soit joue-t-il au détective avec sa loupe, peut-être aussi peut-on imaginer qu'il chevauche un animal marin, rênes à la main.

S6306604.JPG

L'épave recèle de nombreuses formes que l'imagination peut interpréter.  Bertrand est passé maître de cet exercice à la suite d'environ 40 visites à l'épave.

S6306607.JPG

Regardez ce bélier, devant le monsieur en bleu...

S6306609.JPG

Le bélier, en gros plan.

Je vous livre maintenant le reste de mes photos... la suite vous donne ra quelque photos de la cérémonie d’anniversaire

S6306599.JPG

S6306600.JPG

S6306608.JPG

S6306610.JPG

S6306611.JPG

S6306614.JPG

La mer remonte, le Socotra va de nouveau être submergé par les flots.

S6306615.JPG

S6307028.JPG

Dany Lequien a appris à connaître le Socotra par ses activités de pêche.

S6307032.JPG

Monsieur Holuigue prépare sa conférence...

S6307030.JPG

Avant le conférence de Monsieur Holuigue, l'assistance est déjà nombreuse...  elle le sera encore plus par la suite...

S6307031.JPG

France 3 NPDC est présente...  dans la salle, puis, sur la plage.

S6307034.JPG

Malgré le vent et la fraîcheur, quelques amateurs se rendent auprès de l'épave....

S6307036.JPG

Notre amie Chistine Omnes à l'interview pour France 3.  Cette séquence passera à l'antenne.

 

+++

17/11/2015

Montreuil-sur-Mer : la chapelle Saint-Nicolas de l'Hôtel-Dieu

Blason de Montreuil

d'or aux deux fasces d'azur, au chef du même chargé de trois fleurs de lys aussi d'or.

 

L'Hôtel Dieu de Montreuil fut fondé en 1200 par le sire Gauthier de Maintenay pour accueillir les pèlerins et les malades.  Un premier lieu de culte y est attaché vers 1370.  Se dégradant, il est reconstruit vers 1450 par Ernoul de Fosseux. Détruit par une catastrophe naturelle en 1467, il est réédifiée en 1472.

En 1537, la toiture doit être refaite suite au dégâts causées par les Impériaux.

 

S6305795.JPG

 

La Chapelle Saint-Nicolas de l'Hôtel Dieu fut reconstruite intégralement par l'architecte hesdinois Clovis Normand entre 1871 et 1874.  

S6305798.JPG

 

Le style architectural est le gothique flamboyant.

S6305797.JPG

La façade est très ouvragée et agrémentée de statues.

S6305796.JPG

S6305799.JPG

Je pense qu'il s'agit de Saint Josse ci-dessus.

+++

27/08/2015

Des anglaises à Montreuil-sur-Mer - Avril 2014

Avril 2014, Montreuil accueille le "Raid to Montreuil sur Mer", un rallye touristique de MG, toutes plus rutilantes les unes que les autres.

S6305789.JPG

Un des modèles mythiques de chez MG, la MG TD, construite entre 1949 et 1953 à 30000 exemplaires.

S6305790.JPG

La MGA a été produite de 1955 à 1962.

S6305793.JPG

S6305791.JPG

La sœur de la MGA, la MGB est considérée comme le modèle de référence du roadster à l'anglaise.  Elle a été produite de 1965 à ... 1980 !!!  500.000 exemplaires sont sortis des ateliers de Morris Garage.

S6305792.JPG

Côte à côte, une MG TF et une MGA.  La MG TF a été produite de 2002 à 2005.  Le modèle de 160 CV atteint 225 km/h.

S6305807.JPG

Ci dessus, une splendide MG TD Midget affiche un âge plus que respectable.  Elle était produite de 1950 à 1953.

Elle transporte un passager bien sympathique.

S6305806.JPG

S6305794.JPG

+++

16/08/2015

La ferme du Colombier à Sorrus

Je n'ai rien pu trouver quant à cette ferme, pourtant ancienne et assez typique du Montreuillois.

Je suis preneur si un lecteur dispose d'information.

S6305786.JPG

Comme son nom l'indique, elle dispose d'un colombier qui témoigne par sa grandeur de l'importance de l'exploitation par le passé.

S6305787.JPG

L'activité agricole y perdure et certaines dépendances ont été transformées en chambres d'hôtes.

S6305788.JPG

+++

11/08/2015

Eglise et fontaine Saint-Riquier à Sorrus

Blason Sorrus.svg

écartelé au 1) et au 4) d’argent aux trois aigles de gueules, becquées et membrées d’azur, au 2) et 3) de gueules fretté de six pièces d’argent.

L'église Saint-Riquier de Sorrus date du XVIème siècle.  Le portail et la tour ont été reconstruits en 1869.

S6305782.JPG

Saint-Riquier en est le patron car en fin du VIème et début du VIIème siècle, Riquier du Centule passa par Sorrus accompagnés de nombreux esclaves qu'il avaient racheté en en Angleterre dans le but de les émanciper.  Il demanda un toit pour la nuit à Sigetrude, châtelaine du lieu qui le lui refusa.

Il chercha donc un abri pour la nuit et ne trouva qu'un fossé.  Une tempête de neige se déclara pendant la nuit et seul le campement de fortune de Riquier ne fut pas enseveli pas la neige.

Devant ce prodige, les habitants et la châtelaine, regardèrent Riquier d'un oeil plus avenant, et pour obtenir le pardon du saint homme, elle lui alloua des terres.

S6305783.JPG

Riquier, peu rancunier, sachant que l'eau était rare en ce lieu, fit, d'un coup de son bâton, jaillir une fontaine.

C'est cette fontaine qui se trouve en face de l'église.

S6305784.JPG

En s'approchant, on distingue le vitrail dédié au Saint.

S6305785.JPG

+++